onglet_artsouk onglet_artsouk

 

Oualidia-Beach-1.jpg

Actualités

Les vacances des MRE au Maroc : Attentes et revendications

Al bayane

Réf : 752

Visites : 3485

Qu'on les appelle «MRE», «RME», «CME» ou même «CMRE», les quelques trois millions de citoyens marocains résidant à l'étranger rêvent, à tout moment, de rejoindre leur pays d'origine : «il n'y a pas mieux que de passer ses vacances chez soi, dans les bras des gens qui nous aiment», affirme Loubna, une jeune MRE à Paris. Certes, ils s'y attendent à de bonnes vacances. Réussissent-ils à les avoir ? Et à quel prix ?

La jeune Loubna ne cache pas sa petite colère vis-à-vis les infrastructures de loisirs et de distraction, même dans les grandes villes. Pour la plupart de nos compatriotes à l'étranger, «les coins sympas et convenables sont rares et trop chers. Les hôtels de luxe et les sites touristiques sont toujours pleins. Et il ne nous reste que les plages et les piscines». Des déclarations déplaisantes pour les responsables touristiques marocains qui de temps à autre font des sorties médiatiques trop enthousiasmées, des réformes ici et là, des programmes nationaux de baisse des tarifs, des inaugurations de nouveaux sites à travers tout le territoire national, etc., la liste des efforts fournis est longue.

Et pourtant on grogne quelque part: «Il est anormal que je vienne chez moi pour passer des vacances sans bénéficier d'aucun avantage. Les touristes européens en ont par dizaines, crie Mohammed, le mari de Loubna. D'autres partagent le même avis : «Pour un touriste français, à titre d'exemple, qui passe deux à trois semaines de vacances dans un grand hôtel à Marrakech ou à Agadir, dans le cadre d'un voyage organisé, sa facture ne dépasse que rarement les cinq mille dirhams. Un tout autre Marocain, MRE ou pas, dans les mêmes conditions de luxe, aura à payer cinq fois plus cher que le touriste étranger». Un constat réel puisque la plupart des étrangers bénéficient de multiples offres des agences de voyage, ici et ailleurs, dans le cadre de la grande politique nationale encourageant le secteur. «Même pour les avantages du transport, les compagnies low cost favorisent toujours les passagers étrangers. Pour les MRE, c'est toujours plein !», déclare un couple de Marocains résidant à Barcelone.

Deux poids, deux mesures
La réalité est parfois amère. Les responsables du secteur nient, bien évidemment, tous les propos de nos MRE. «Tous nos clients sont sur le même pied d'égalité», affirme un directeur d'hôtel à Casablanca. Et d'ajouter : «Durant la haute saison, il nous est souvent difficile de satisfaire tout le monde. Les clients sont plus nombreux que les capacités des hôtels». Des arguments logiques d'un responsable qui ne cache pas une autre réalité. Pour lui, «tout est possible. Il se peut que pour une raison ou une autre, un employé n'accepte pas un client. Il y a des mesures de sécurité à respecter, surtout s'il est en état d'ivresse ou accompagné d'une fille de joie, etc.».

Un gérant d'une discothèque explique la chose autrement : «l'alcool et les filles sont des problèmes très fréquents avec les jeunes MRE qui ont d¹autres habitudes en Europe, bien sûr interdites au Maroc».

Loubna et son mari ne sont pas de cette catégorie qui passe ses journées à la plage et à chaque soir «croupissent» dans les bars et les discothèques. Le jeune couple maroco-parisien réclame des hôtels à la portée de leur budget: «On ne travaille pas toute l'année pour gaspiller toutes nos économies durant nos vacances dans notre pays. Chaque année, les prix flambent». Un point irritant, aux yeux des opérateurs du secteurs qui se disent irresponsables: «C'est aux responsables d'arranger ce problème». Et pour justifier les différences des avantages entre MRE et touristes européens, un directeur d'une agence de voyage affirme que «Les MRE peuvent bénéficier des voyages organisés au Maroc. Des agences sont ouvertes dans presque toutes les grandes villes du monde pour assurer cette opération, à coûts réduits».

Un attachement fort au pays
Il est à rappeler, dans ce sens, que des milliers de MRE bénéficient de ces offres. Une fois au Maroc, ils sont dans des hôtels bien classés. Le programme touristique bien garni leur permet de découvrir des coins sympas, aller en boite tous les soirs et profiter des plages privées, sans interdictions. Bref, ils sont bien servis comme en europe. La seule chose qui leur manque, c'est la famille.

Pour Loubna et Mohammed, comme il est le cas de tous les jeunes MRE, la famille ne suscite pas un grand intérêt. «Ce sont souvent les vieux qui viennent pour ça. Personnellement, deux à trois jours avec ma famille au Maroc me suffisent. D'ailleurs, nous voyageons tous ensemble. Il suffit de trouver où et à bon prix», adopte Mohammed qui demande d'«installer des espaces verts, des campings et aussi de construire des aires de loisirs dans les montagnes, loin du vacarme et de la pollution de la ville et à l'abri des petits emmerdeurs».

Le tourisme rural est désormais une obligation. Les gens ont de plus en plus tendance à passer leurs vacances dans une agréable atmosphère : la nature, le beau temps, la famille et les amis, et surtout le respect des autres.

Loubna, Mohammed, et tous les MRE avec, passent certainement de bonnes vacances. Chacun selon ses moyens et ses projets. Ils ont tous des attentes et des revendications. Mais tous sont unanimes sur leur grand amour : «J'ai un pays. Moi, je l¹aime», conclut Loubna qui réclame toujours des promotions plus encourageantes.

Rida Addam

Transit 2006 : le Maroc coordonne avec l'Espagne

Afin de faciliter l¹opération de transit des Marocains résidant à l'étranger en cette période estivale, le Maroc coordonne avec l'Espagne : Un programme de dessertes maritimes a récemment été élaboré par le ministère de l'Equipement et du transport. Dans ce sens, le département de Karim Ghellab, veille, selon les observateurs, à la diversification des points de transit, à l'encouragement de l'ouverture de nouvelles lignes maritimes, au renforcement des liaisons existantes, et à l'incitation au recours aux ferry-boats.

Concernant la hausse de la tarification du transport à bord des bateaux marocains, le ministre a indiqué aux médias que « cette hausse est due aux charges supplémentaires relatives aux opérations d'entretien et d'équipement, à l'augmentation des prix des hydrocarbures et aux nouvelles dépenses occasionnées par le Code de sécurité des navires et des installations portuaires».
«100% des prix de transport dans la Manche en haute saison, tandis que la plus importante hausse entreprise par les sociétés marocaines concernées par l'opération de transit n'a pas dépassé les 40% lors de la dernière saison», affirme le ministre qui signale que «les prix du transport maritime n'ont connu aucune modification depuis plus de 10 ans». Il a noté, par ailleurs, qu' « il sera procédé à la libéralisation totale de ce secteur à partir de juillet 2007». Une date qui coïncide avec le début de l¹exploitation du nouveau complexe portuaire.
Sources : Al bayane
riadsara1.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés