onglet_artsouk onglet_artsouk

 

hom_solit.jpg

Les marocains

L’explosion du célibat au Maroc

Mouna KADIRI

Réf : 730

Visites : 1836

Un profond bouleversement sociétale dans le Royaume   
Le taux de célibat a été multiplié, au Maroc, par 2,6 en trente ans chez les hommes et par 4,6% chez les femmes. C’est la capitale économique chérifienne qui emporte la palme nationale avec des chiffres de 10 points supérieurs à la moyenne du pays.

De notre partenaire L’Economiste
« Célibattants, célibattantes », comme disent les magazines, vous êtes de plus en plus nombreux et vous comptez de plus en plus dans le paysage marocain. C’est le HCP (Haut-Commissariat au Plan) qui le dit, selon le recensement 2004. Par exemple, il y a trois fois plus de femmes qui finissent leur vie féconde célibataires qu’il y a dix ans !
  
Ce n’est un secret pour personne, on se marie de plus en plus tard : les filles à 27 ans et les garçons à 31. Plus impressionnant : chez les 15-34 ans, le taux de célibat a été multiplié par 2,6 en trente ans. Et chez les femmes, il a été multiplié par... 4,6 ! Ce sont des moyennes évidemment. Il existe encore des endroits, comme dans la région de Taounate, où la « norme » veut que l’on marie les filles à 15 ans, malgré les conditions restrictives de la Moudawana pour marier un mineur. Tout comme il y a apparemment de plus en plus de Marocains qui rechignent à se marier. Classique avec l’évolution des modes de vie, une urbanisation importante, et une tendance à l’individualisation des comportements (surtout dans les grandes villes). Aujourd’hui, 6.550.332 jeunes de 15-29 ans sont célibataires, soit 72% de l’ensemble des jeunes de cette tranche d’âge. Le spectre est large.
  
54,1% de célibataires chez les 25-29 ans
A 15 ans, normalement, on poursuit encore sa scolarité : 94% des 15-19 ans ne sont pas mariés, surtout les garçons (99%). Ce qui est tout à fait normal et rassurant même. Il y a quand même 12% des filles de 15-19 ans ayant déjà le statut d’épouse, soit 192.049 femmes, qui sont donc essentiellement des mineures : limite-limite avec la loi ! Le plus juste est de dire qu’elles sont des « non-célibataires » donc, soit elles sont mariées, soit fiancées (les fiançailles sont désormais reconnues par la loi), soit divorcées, soit veuves. Dans tous ces cas, elles sont passées (passent) par l’institution du mariage. Et la nouvelle Moudawana, entrée en vigueur depuis deux ans, n’y change pas grand-chose quand les familles s’entendent. D’ailleurs, c’est ce qu’ont dénoncé avec force les associations féminines.

Chez les 20-24 ans, 76,2% sont célibataires, soit près de 2.250.000 jeunes. Et chez les 25-29 ans, 54,1% le sont, soit environ 1.350.000 jeunes célibataires. Dans cette dernière tranche d’âge, 40,7% de filles : près de 530.000 Marocaines n’ont pas de conjoint ; et 68,7% de garçons pas de « douce moitié » : 817.500 hommes. Nous considérerons dans cette analyse plutôt la tranche des 25-29 ans, qui est normalement déjà dans la vie active, ou en fin d’études, et au début de sa vie d’adulte (donc consommateur, locataire, actif, etc.). En ville, on a tendance à s’endurcir le cœur un peu plus qu’à la campagne, mais les proportions restent dans le même ordre de grandeur : respectivement 59,1% des 25-29 ans citadins et 47,5% des ruraux du même âge.

Casa, la capitale des célibataires
D’ailleurs, ce constat vaut même pour l’âge de mariage qui n’est pas très différent en ville que dans le monde rural (HCP 2004). C’est donc une nouvelle tendance au Maroc. Tout comme pour la première fois de son histoire, il y a plus de citadins que de ruraux. Pour la première fois, dans le Royaume, se dessinent les contours d’une nouvelle force démographique qui ira en grandissant.

La région du Grand Casablanca concentre le plus fort taux de célibat chez les 25-29 ans de tout le Maroc : 63,1%, soit dix points en plus sur la moyenne nationale ! C’est-à-dire que 210.000 jeunes de la région n’ont pas encore choisi leur moitié, du moins officiellement : 78% chez les garçons et 49% chez les filles. On sait par l’enquête de L’Economiste sur le comportement des jeunes Marocains, qu’une toute petite tendance apparaît : la vie en couple sans forcément légaliser le lien.

A Rabat, 58% des jeunes de 25-29 ans sont célibataires. Ce sont surtout des garçons : 72. 842 solitaires ou réputés tels. Soit trois sur quatre dans cette tranche d’âge. Chez les filles et toujours dans cette tranche d’âge, elles « ne sont qu’ » une sur deux (de 25-29 ans) à être célibataire, soit 47.441 demoiselles. Dans la commune d’Agdal-Ryad, 79% des garçons de 25-29 ans sont «libres», soit 2.394 jeunes hommes. Et 56% des filles de cette tranche d’âge le sont, soit 2.304 demoiselles.

Mouna KADIRI

En savoir plus :

L’intégration du concept de genre dans la formation et la recherche en population au maghreb.
conférence ;  Femme et travail au Maghreb du 29 au 30 avril 2006 à Marrakech
Institut de recherche sur le Maghreb contemporain

derb-mrk.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés