onglet_artsouk onglet_artsouk

 

Touria_Hadraoui.jpg

Orientales

Une chanteuse marocaine rapproche les cultures par le dialogue artistique

Par Imane Belhaj pour Magharebia à Casablanca -- 05/03/07

Réf : 878

Visites : 3299

L'artiste marocaine Touria Hadraoui mélange chant traditionnel marocain et musique occidentale, dans l'espoir de rapprocher les cultures et de supprimer les frontières.

L'artiste marocaine Touria Hadraoui reste en permanence ouverte aux influences culturelles du monde entier, enrichissant le patrimoine de son pays et lui conférant plus de contemporanité. Son dernier concert, avec le pianiste russe Simon Nabatov, organisé par l'Institut Goethe au Maroc, a melangé musique occidentale et authenticité du malhoun marocain.

Ce concert était organisé à la cathédrale de Rabat, dans le cadre d'une tournée qui l'emmènera également à Meknès et Tanger.

"Un bon rythme, des textes plein de sens et de beaux spectacles touchent les publics de [toutes] nationalités et affiliations, et la musique abolit les différences. La créativite unit les peuples, et l'art ne connaît généralement ni pays ni frontières", a déclaré Hadraoui à Magharebia. "Lorsque nous parlons le langage du coeur, nous nous adressons à tous les coeurs."

Hadraoui considère sa coopération avec Nabatov, dont c'est la première visite au Maroc, comme une preuve que la musique est capable de stimuler le dialogue et génère la proximité entre les peuples, à une époque ou la politique et ses responsables n'y parviennent plus. "Mon public se compose de Marocains et d'étrangers, mais nous pouvons parfaitement communiquer entre nous, parce que la seule langue qui prevaut lors du concert est celle de la musique… C'est un sentiment merveilleux", a-t-elle ajouté.

Dans la cathédrale de Rabat, Hadraoui a joué la kasida (poème) "Fatima" dans le style malhoun. Elle a également chanté en andalou, une kasita soufie de Tétouane, accompagnée par Nabatov. Elle affirme que son spectacle lui fait ressentir que les esprits des poètes marocains et andalous dialoguent avec les chefs d'oeuvres de Mozart et de Beethoven, et avec le jazz.

Cette expérience "m'a enrichie et enrichit également le patrimoine marocain. De plus, il a permis a Nabatov de se familiariser avec le patrimoine marocain. Il avait peur de s'embarquer dans l'aventure, mais après le succès du concert à la cathédrale de Rabat, qui alternait entre malhoun traditionnel maroco-andalou et mélodies du jazz, Nabatov souhaite désormais plusieurs expériences de ce type."

Hadraoui avait déjà chanté des chants malhouns et andalous en compagnie de musiciens internationaux. Elle a un projet futur avec le jazzman français Louis Clavis.

La reprise par Hadraoui de la musique traditionnelle andalouse est un phénomène récent; la majorité de ses enregistrements sont en style malhoun. Ses albums comprennent "Café des Sens: Exemples de Musique Soufie Marocaine", sorti en 1998, et "Rythmes Africains" et "Andalousie". Elle a donné plusieurs concerts en Europe.

Par Imane Belhaj pour Magharebia à Casablanca
05/03/07
rose2_B.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés