onglet_artsouk onglet_artsouk

 

femmes_artisanes.jpg

Actualités

Compte rendu de la conférence equi-table.Les 16 et 17 novembre 2008,lieu : Palais Italien (Palais de Moulay Hafid) à Rabat.

Publié sur le site Moustaqbali.ma

Réf : 1205

Visites : 2878

Nombre de participants : 40 (étudiants d’école de commerce de Rabat et de l’ISIT, représentants de soleterre au Maroc et en Italie, représentants d’AL AMANA, Fondep, du centre Mohamed VI, de la PMCE, du Ministère des affaires économiques et générales, quelques coopératives du royaume et une coopérative italienne).

1-Interventions des 2 journées :

Directeur de Soleterre a exprimé l’objectif de la conférence qui est de détecter les problèmes du commerce équitable au Maroc et d’essayer d’aboutir à un plan d’action à la fin de la conférence.

Représentant du Ministère des Affaires Economiques et Générales (M. Guessouss) s’est focalisé sur la diffusion d’un documentaire sur la 1ère édition du salon de l’ESS tout en rappelant que cet événement se perpétuera à Casablanca pour le National et que des salons régionaux seraient organisés dans chaque région du Maroc, il a aussi mis le point sur les différentes conventions dont la 1ère avec l’université de Rabat pour l’organisation d’un Master en ESS et d’autres avec Marjane, Labelle Vie, Asswak Essalam pour la réservation d’un espace de vente pour les produits de Commerce Equitable ainsi que le travail du MAEG sur de nouveaux textes de loi qui vont régir ce secteur (réglementation, certification...).

Représentant de la Plate forme Marocaine du Commerce Equitable (M. Benjelloun) a présenté les activités et les objectifs de la PMCE.

Représentant de l’ODCO (M. Fathallah) : son intervention a porté sur le statut type de la coopérative qui doit être bien établi, ses trois dimensions, ses atouts, quelques indicateurs sur le nombre jusqu’en novembre des coopératives par région et secteur d’activités ainsi que les actions à mener pour que les produits de ces coopératives puissent intégrer le C E.

Représentante de la coopérative Femme de Marrakech (confection d’habits artisanaux) a présenté leurs activités, mis le point sur leur CA annuel qui est 220 000 dhs et l’agrément depuis 1992 avec Artisans du Monde qui est leur seul client étranger puisque d’autres ont été défaillants.

Représentant du Centre Mohamed VI de Microfinance (M. Assri) a présenté les différents organismes de micros crédits dont AMAPPE TAMWIL à qui l’agrément a été retiré, les bénéficiaires du micro crédit, le montant maximum, le processus d’octroi et que le micro crédit est octroyé aux coopérateurs qui forment le groupe solidaire entre 3 et 15 personnes pas à la coopérative.

Représentante d’AL AMANA (service produits non financiers) a présenté le nouveau produit d’AL AMANA qui est un micro crédit destiné aux coopératives où une partie du montant est financé par l’INDH, une autre c’est un apport personnel des coopérateurs et le reste c’est le financement d’AL AMANA avec un taux d’intérêt de 1,5 % par mois (montant compris entre 4000 et 40 000 dhs remboursable dans un délai de 6 à 60 mois).

Mara Rimoldi (designer italienne) en contact avec l’association Soleterre, cherche l’originalité des produits artisanaux marocains et travaille avec des coopératives de broderie de la région Chawia et exige l’utilisation d’une matière 1ère pure pour avoir une bonne qualité et commercialise ces produits dans des boutique de commerce équitable en Italie et dans les grandes surfaces et a parlé d’un marché européen ouvert pour les produits traditionnels marocains.

Représentante de l’Association Marocaine des produits d’argan (ANCA) : l’association a été créée en octobre 2004 avec 27 coopératives des produits d’Argan en partenariat avec l’ADS et l’Union Européenne, actuellement 42 coopératives y adhérent. L’intervenante a mis le point sur les activités de l’association qui sont l’alphabétisation, la formation des coopératrices dans le concassage des amandes, les diverses expositions auxquelles elle y participe et le travail qui se fait actuellement pour la couverture médicale des coopératrices.

Représentante de l’AMAPPE : l’intervention a porté sur nos programmes pilotes et le travail qui est fait en commercialisation, les actions menées dans le cadre du commerce solidaire.

Représentant de la coopérative Equo (coopérative italienne) : création en 2006 et travaille actuellement avec les coopératives féminines de la région de Chaouia en relation avec Soleterre pour la commercialisation des produits de ces coopératives, a mis le point sur le marché européen du commerce équitable qui est en plein extension qui doit être en parallèle avec la qualité et la certification.

Représentant de la multinationale de transport Globex a présenté les produits de la multinationale et s’est focalisé sur les problèmes de transport des produits artisanaux (casser par exemple le produit de la part de la douane pour vérification), pour les produits un certificat d’origine et sanitaire est exigée, pour le transport des produits artisanaux 50% de remise avec emballage gratuit.

2- Questions du débat des 2 journées :

-  Quelles sont les réalisations concrètes de la PMCE ?
-  Est - ce que le ministère mène des actions de communication que l’économie sociale ?
-  Est - ce que l’ODCO a une répartition des coopératives par secteur et par région ?
-  Pourquoi le Commerce équitable est encore dans une phase embryonnaire au Maroc malgré toutes les opportunités du pays ?
-  Est - ce que le secteur des coopératives est bien structuré au Maroc ?
-  Est - ce qu’il existe une définition marocaine du Commerce Equitable ?
-  Par rapport à nos points de vente, est - ce qu’il y’a une étude de marché qui a été réalisée ?
-  Qui supporte toutes les charges de gestion des boutiques ?
-  Quelles sont les conditions d’adhésion à nos boutiques ?
-  Est - ce qu’une boutique dans un milieu rural ne rencontre pas de problèmes ?
-  Est - ce nous créons des GIE ?
-  Par rapport à l’export des produits des coopératives, est ce que nous avons des contacts avec les MRE ?

3- Thèmes des ateliers :

1er groupe de travail : Analyse des besoins du secteur du commerce équitable au Maroc pour définir un plaidoyer qui sera fait auprès des autorités publiques.

2ème groupe de travail : Stratégies de commercialisation des produits du commerce équitable : problèmes et solutions.

4- Recommandations des groupes de travail :

1er groupe :

-  Besoin d’une loi de commerce équitable ou des moyens de régulation ;
-  Besoin d’un label du commerce équitable ;
-  Réalisation d’un cadre qui va structurer le commerce équitable ;
-  Création d’un réseau de commerce équitable ;
-  Sensibilisation et formation des différents acteurs sur le commerce équitable à l’échelle nationale et régionale ;
-  Structuration des produits de commerce équitable par filière ;
-  Adaptation de l’expérience étrangère au contexte marocain ;
-  Création d’un espace pour les coopératives qui travaillent sur le commerce équitable ;
-  Organisation d’autres tables autour du commerce équitable avec la participation de tous les acteurs.

2ème groupe :

-  Sommes - nous prêts pour le commerce équitable au Maroc ;
-  Faut - il passer par le commerce solidaire avant le commerce équitable ;
-  Il faut avoir des experts en commercialisation et les mettre à la disposition des coopératives ;
-  Mettre en place des projets de développement en commercialisation ;
-  Sensibiliser les coopératives sur la commercialisation de leurs produits ;
-  Le rôle que doivent jouer les institutions publiques dans la commercialisation des produits des coopératives.

essoubaya1.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés