onglet_artsouk onglet_artsouk

 

femme_statut.jpg

Orientales

Statut de la femme au Maroc

MAP, Mercredi 30 Août 2006

Réf : 1244

Visites : 1919

Il faut reconnaître les acquis, aussi fragiles soient-ils, en matière d'amélioration du statut de la femme au Maroc pour avoir le courage de continuer le combat à l'avenir.

C'est la principale conclusion à laquelle sont parvenus, mardi à Santander, les participants à une rencontre sur les 50 ans de coopération maroco-espagnole.

La deuxième table ronde du colloque, qui portait sur le thème des ''Femmes des deux rives: un travail commun'', a été marquée par des réflexions et des échanges très animés qui ont souligné ''l'importance de la thématique de la femme comme élément central dans tout débat sur l'avenir démocratique d'un pays comme le Maroc''.

Les participants ont admis une certaine ''lenteur'' dans l'avancement des réformes en la matière et la ''fragilité'' des acquis obtenus, appelant à s'inspirer de l'évolution relativement rapide de la condition de la femme en Espagne.

Amina Lemrini El Ouahabi, universitaire et membre du Comité Averroes, a donné un aperçu détaillé de la succession des changements qui ont conduit à la réforme du Code de la famille en 2004, produit incontestable d'une ""volonté politique'' conjugué à un combat de longue haleine du ''mouvement pour les droits des femmes''.

L'universitaire marocaine a, à cet égard, rappelé les principales nouveautés introduites par le nouveau texte, reconnaissant toutefois l'existence de difficultés dans sa mise en oeuvre par les tribunaux de la famille.

Statut de la femme au Maroc
Cessant d'être un courant de revendication stérile, a-t-elle indiqué, le Mouvement pour les droits des femmes s'est transformé en ''force de proposition'' qui faisait des ''plaidoyers'' auprès des responsables politiques et des acteurs sociaux pour obtenir la réforme de la Moudawana.

Maria Angels Roque, directrice à l'Institut européen de la Méditerranée (IEMED-Barcelone), a jeté, elle, des ''regards croisés'' sur le statut de la femme de part et d'autre du Détroit, fustigeant ''les stéréotypes culturels'' sur l'Autre qui sont véhiculés encore aujourd'hui.

L'évolution du statut de la femme au Maroc revêt ''un importance particulière'' dans le regard qu'on porte de ce côté-ci (Nord) de la Méditerranée sur l'autre rive, appelant la société civile, au nord et au sud, d'impulser davantage ce statut dans les pays du versant sud de la Méditerranée.

La professeur de l'université d'Alicante (Sud d'Espagne), Yolanda Aixela Cabré, s'est interrogée sur les mouvements féministes au Maroc, insistant sur le concept du ''féminisme émancipateur'' qui intègre les valeurs de démocratie et des droits de l'Homme.

Auparavant, Aicha Belarbi, ex-ministre et ex-ambassadrice du Maroc à Bruxelles, dans son intervention sur ''migrations et femmes'', avait exploré quelques pistes pour ouvrir le débat sur le rôle des femmes comme vecteur de consolidation des liens socio-culturels entre le Maroc et l'Espagne, soulignant la ''féminisation accrue'' de l'immigration marocaine en Espagne depuis les années 80.

Mme Belarbi a tenté d'apporter des éléments de réponse aux principales interrogations que soulève cette ''histoire de l'immigration au féminin'', comme le pourquoi du phénomène, les catégories qu'il touche, les emplois qu'occupent les femmes immigrées et leur apport au développement économique des pays d'origine et d'accueil.

Elle a regretté le grand déficit en matière de données fiables dans ce domaine, plaidant pour un travail en profondeur des ONG et des organismes institutionnels en Espagne et au Maroc, pour rassembler le maximum de données sur l'immigration féminine à même de cerner le phénomène et de pouvoir apporter les remèdes aux problèmes qui s'imposent.

De son côté, l'écrivain Abdellatif Laâbi a livré ses réflexions sur ''le désir d'Europe que partage, consciemment ou inconsciemment, un grand nombre de Marocains de toutes les conditions'', mais qui est un désir ''frustré, car l'Europe n'en a pas pris la véritable mesure et n'en saisit pas les profondes motivations''.

Laâbi s'est dit ''convaincu que le sort du Maroc est lié à l'Europe'' et que  l'établissement d'un ''vrai partenariat'' avec le vieux continent sera ''déterminant quant à son projet démocratique, son choix de modernité et ses chances de croissance''.

Et l'écrivain marocain d'énumérer les éléments qui plaident, selon lui, pour cette vision: le voisinage géographique, une histoire commune avec sa part de conflits et sa part de brassage, la réalité des intérêts économiques de plus en plus  convergents et l'urgence de s'attaquer en commun aux racines de l'extrémisme et de la violence.

Ce ''désir d'Europe'' qu'exprime la majorité des Marocains est ''contrarié par le sentiment d'être à sens unique'', regrette-t-il, ajoutant que du côté européen ''les discours d'intention priment sur la vision politique qui permettrait de prendre conscience d'une responsabilité particulière de l'Europe vis-à-vis du Maroc''.

La rencontre de Santander, qui se tient sous le thème ''Espagne-Maroc: 50 ans de coopération. Dialogues pour la construction d'un avenir commun'', est organisée par l'Institut des Etudes Hispano-Lusophones (IEHL-Rabat), en collaboration avec l'Université Internationale Menendez Pelayo de cette ville de Cantabrie, au Nord d'Espagne.

Elle réunit, depuis lundi, une pléiade de penseurs, d'écrivains et de décideurs marocains et espagnols pour réfléchir sur l'état des relations de coopération entre le Maroc et l'Espagne depuis l'Indépendance du Royaume.

Le Colloque, inscrit dans le cadre de la commémoration du cinquantenaire de l'indépendance du Maroc, se veut une occasion de ''faire un état des lieux et de réfléchir sur l'avenir des relations avec des pays qui partagent avec le Royaume des pans entiers de l'histoire''.

Les travaux du colloque se poursuivent, mercredi, avec une table ronde sur les passerelles de dialogue et d'entente que peuvent ouvrir les hommes et les femmes de la presse, de la culture et de l'art entre les deux rives de Gibraltar.

MAP, Mercredi 30 Août 2006
Source : http://www.emarrakech.info

zoneCasablanca432.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés