onglet_artsouk onglet_artsouk

 

khold4.jpg

Orientales

le khôl poudre porte bonheur

Par Maria Chraïbi/Lotii Rachidi

Réf : 254

Visites : 10279

Le khôl a ceci d'extraordinaire que les dires et les pratiques qui l'entourent sont toujours bénéfiques. S'il était déjà considéré comme un ornement indispensable à la beauté légendaire de Cléopâtre ou de Néfertiti.
il est vrai que les recherches archéologiques ont permis de dater ses multiples recettes vers 3 100 avant J.-C. À cette époque déjà, les Égyptiennes utilisaient des pots d'onguents parfumés et, peu à peu, le maquillage du visage et du corps a commencé.

Sur les paupières inférieures, une teinte vert foncé puis une préparation de khôl, à base de suie, sur les paupières supérieures. Même s'il donne souvent lieu à un maquillage épais, voire outrancier, le khôl a su véritablement, quelle que soit l'époque et la civilisation, acquérir ses lettres de noblesse.

Théophile Gautier et Charles Baudelaire, eux-mêmes, en étaient de farouches défenseurs pour ce qu'il induisait d'étonnement et de charme.

Plus tard, au commencement de la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945), c'est aussi auprès des stars du cinéma muet qu'il fait véritablement l'unanimité pour l'intensité, la profondeur qu'il donne au regard et l'originalité de sa texture.

Poudre fine, aux reflets légèrement irisés, le khôl est en fait une préparation naturelle dont le secret se trouve dans l'antimoine: un minéral qui s'extrait des roches montagneuses et qu'on prend soin de broyer avant de l'incorporer à d'autres substances diverses, selon les traditions.

Même s'il a su traverser les siècles, parfois dans l'ombre des gestes de beauté du quotidien, c'est bien évidemment en Orient et dam l'univers des cosmétiques orientaux que le khôl règne de façon magistrale. Il est d'ailleurs le symbole suprême de la beauté des femmes du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, parce qu'il leur confère un pouvoir de séduction imparable: le minéral accompagne l'organique, la forme et l'esprit pour former les composantes fondamentales de la beauté orientale.

En effet, si les Orientaux ne manquent pas de souligner leur corps par les ablutions et le bain, le khôl s'enracine chez les femmes comme un attribut de beauté à la fois noble et lourd de sens. Le prophète lui-même recommandait aux femmes de s'en parer le vendredi, jour de la prière.

Dans sa « Fatâwa Mouasirah », Ibn Abbas rapporte également que si la femme se doit d'être pudique, la volonté de parer sa beauté passe principalement par un embellissement léger, c'est-à-dire le khôl dans les yeux, pour ses multiples vertus, et les bagues portées aux doigts.

Enfin, que ce soit dans la poésie, la peinture ou les chants populaires, partout sont célébrés les yeux que le khôl vient Artistiquement souligner de noir. Appliqué à l'aide d'un bâtonnet très lisse, en bois de noyer ou de thuya, appelé « mirwed », il est aussi le moyen, pour les femmes, d'exprimer leur état d'esprit: elles le vivent comme un messager de leurs intentions et leurs désirs, selon qu'il souligne plus ou moins leurs yeux. Car en dehors de tous ses attributs, le khôl est fortement mêlé à l'amour et à l'érotisme, incarnant, à lui seul, l'image de la beauté féminines. Dans son Livre des séductions Malek Chebel en explique l’importance chez la femme maghrébine comme une Véritable technique de séduction de l'homme.
"Parce que les yeux sont l'épicentre de toute séduction maghrébine et que la femme « ne pouvant montrer d'elle que ses yeux, elle a dû perfectionner cette meurtrière de ses appâts, car elle n'a guère les moyens culturels d' aborder d'autres techniques que celle de l'approche silencieuse, du verbe dos et obstrué et c'est l'éloquence du regard qui se charge alors de transmettre toutes les intensités". kholc3.jpg

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés