onglet_artsouk onglet_artsouk

 

femocombat.jpg

Orientales

Des femmes, pas comme les autres

Yassine, Marrakech

Réf : 264

Visites : 2278



Le 16 mars dernier, à Gaza, une jeune Américaine est morte, écrasée par un bulldozer de l’armée israélienne. Opposée à la violence, elle était venue en Palestine pour accompagner un mouvement de protestation.
«Rafah pleure une jeune Américaine qui a donné sa vie pour la Palestine », titre l'hebdomadaire Palestine Report. « Elle est morte en protégeant la vie de civils sans défense », précise ‘Amin.org’, site d’information palestinien. « Tout le monde a en mémoire l’homme qui défiait un char à Pékin en 1989 », se souvient The Guardian, de Londres, faisant allusion à Rachel Corrie se dressant devant un bulldozer pour empêcher que l’armée israélienne ne détruise une maison du camp de Rafah à Gaza.

Rachel Corrie, jeune étudiante américaine de 23 ans, était originaire d’Olympia, dans l’Etat de Washington, où elle poursuivait ses études. Pacifiste convaincue, elle était membre du Mouvement de solidarité internationale, groupe de résistance non violent, fondé en 2001 et soutenu par la Palestine. Elle se trouvait à Gaza depuis un mois. Les volontaires de ce mouvement se sont donné pour mission d’occuper pacifiquement des endroits stratégiques afin d’empêcher des actes de violence.

« Elle était seule devant le bulldozer à tenter de protéger une maison, elle a fait signe au soldat de s’arrêter, celui-ci a continué, l’a renversée et a fait marche arrière en roulant sur elle. Emmenée à l’hôpital, elle est morte peu de temps après », raconte un témoin à The New York Times. « Elle était facile à repérer et pas menaçante. Le bulldozer n’a même pas relevé sa lame » ajoute un second.

Quelques jours avant de mourir, Rachel avait envoyé un mail à ses parents : « Je suis témoin d’un génocide, j’ai très peur, il faut que cela cesse. »


The Guardian cite les parents de Rachel : « Nous sommes fiers que notre fille ait pu vivre selon ses convictions, elle a donné sa vie en essayant de protéger ceux qui ne peuvent pas le faire eux-mêmes. »

Malgré les risques, l’engagement des jeunes activistes ne faiblit pas, le quotidien de Tel-Aviv Ha’Aretz a fait état, depuis, d’un nouveau blessé dans leurs rangs.

Yassine, Marrakech Mars 2003
san2.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés