onglet_artsouk onglet_artsouk

 

transit1.jpg

Tourisme

Près de 2,6 millions de passagers au Maroc cet été

Ahmed Saâïdi Source : Le Matin

Réf : 329

Visites : 2510

Au carrefour de l’Europe et de l’Afrique, de l’Atlantique et de la Méditerranée, Tanger ouvre la porte du Maroc. Cette ville cosmopolite est à la fois l’Orient de l’Occident et l’Occident de l’Orient. C’est un site très hétérogène: la campagne, la montagne, les habitations et la mer s’y juxtaposent sans solution de continuité.
Foules bigarrées, marchés embaumés, bruits de pas, ressac de la mer, Tanger éblouit tant par sa blancheur immaculée que par les reflets azur de ses plages. Sans doute le mystère qui l’entoure est-il né de son emplacement si particulier.

Bâtie autour d’une baie donnant sur le détroit de Gibraltar, Tanger a été posée entre deux mondes et ne semble appartenir ni tout à fait à l’un ni tout à fait à l’autre. Elle est une porte ouverte devant tous les rêves et une rade qui invite au dépaysement et au voyage.

En ce dimanche 15 juin, premier jour de l’opération Transit 2003, son appel ne semble pas avoir été entendu. Du moins pas encore puisque ce n’est pas l’affluence des grands jours. Les langueurs aoûtiennes ne sont pas de mise en cette période d’examens scolaires.

Seule la rotation des ferries, en provenance ou en partance pour l'Espagne, rappelle la période des grands retours, les voitures lourdement chargées, les files d'attente devant les guichets de la police des frontières, la Tour de Babel que le port devient au regard du nombre élevé des langues parlées par les Marocains d'ailleurs, etc.

En retrouvant sa dénomination de toujours, l'opération d'accueil des ressortissants marocains résidant à l'étranger s'est entourée, cette année, de toutes les précautions à même de permettre à ses initiateurs de parer à toutes les éventualités et de faire face aux situations les plus imprévues.

Faire coexister la fermeté qu'impose la situation née des attentats du 16 mai et l'hospitalité exigée pour recevoir, dans les meilleures conditions, près de 2,6 millions de Marocains résidant à l'étranger, en a été l'objectif. Le pari semble avoir été réussi à en juger par la qualité de l'accueil au niveau du port de Tanger.

Impulsée et directement suivie par Sa Majesté le Roi, cette opération à laquelle participent, entre autres, la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger, présidée par S.A.R. la Princesse Lalla Meryem, et, depuis l’été 2000, la Fondation Mohammed V pour la solidarité, est une opération d'envergure dont les préparatifs ont été menés tambour battant depuis plus d'un trimestre.

Le gouvernement a, dans ce sens, mis en place un plan d’action global qui, outre l’instauration d'une permanence au sein du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, et la création d'une cellule de suivi des opérations d’accueil, permet de mobiliser davantage de fonctionnaires dans les centres consulaires qui connaissent une grande affluence lors de la période de transit.

L'objectif en est de traiter avec diligence les doléances de nos compatriotes désireux de passer leurs vacances dans le Royaume.

Ce plan, présenté dans le cadre de la commission mixte maroco-espagnole, tenue en mai dernier, a porté également sur le renforcement du contrôle sécuritaire et des infrastructures sanitaires et d’aide sociale dans les ports du nord marocain ainsi que dans ceux d’Algésiras et d’Almeria.

La Fondation Mohammed V pour la solidarité y a d'ailleurs installé deux centres d'information et d'assistance destinés à prêter main-forte aux membres de la communauté marocaine, victimes de pertes de documents, de problèmes de santé ou de vol durant leur voyage à travers la péninsule ibérique.

La Fondation a également mobilisé plus de 50 médecins et 70 infirmiers et infirmières, dont le tiers exerceront dans le port de Tanger et dans les aires de repos situées à proximité de la ville du détroit.

Une centaine d'assistantes sociales ont, par ailleurs, été mises à la disposition de la Fondation par les services sociaux des Forces Armées Royales pour travailler à bord des bateaux assurant les liaisons maritimes ainsi que dans les ports de Sète, Gênes, Almeria et Algésiras.

La Fondation a aussi mobilisé ses représentants et des interprêtes en vue d'offrir l'assistance nécessaire aux vacanciers.

Dans cette même optique, l'Office d'exploitation des ports a réalisé, au niveau du port de Tanger, une série de travaux pour conforter des postes à quai et pour aménager la gare maritime Est.

Des aires de repos couvertes y ont été construites sur une superficie de plus de 450 m2.

Afin d'assurer fluidité et sécurité au flux des passagers, des opérations de traçage d'itinéraire et de zonage ont été initiées et un P.C. permanent sera opérationnel durant toute la campagne, pour veiller à son bon déroulement.

Au niveau du transport maritime, quelque 35 rotations de ferry-boats et de fast-ferries seront quotidiennement assurées entre Algesiras, Tarifa et Tanger offrant ainsi une capacité d'évacuation de 8.500 véhicules et de 50.000 passagers.


Mais dans l'attente de la période de «rush» qui se situe généralement en août, la capitale du Détroit continue à vivre comme à l'accoutumée. Le «farniente» le dispute toujours à une nonchalance toute méditerranéenne.
Ahmed Saâïdi
Source : Le Matin
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés