onglet_artsouk onglet_artsouk

 

jardmaj.jpg

Géographie

Majorel : les jardins et l'artiste

Mohamed Mohyi Eddine EL AICHI

Réf : 388

Visites : 2772

A Marrakech si vous sollicitez le quartier Zahier, personne ne vous y guidera puisqu'il est    méconnu chez la plupart des marrakchis. Mais si vous demandez le quartier Majorel, vous vous trouvez facilement au quartier Zahia.
 Aucun visiteur des jardins « Hamra » ne pourra quitter la ville de Marrakech sans visiter une allée nommée les jardins Majorel. 

Chaque année, entre 150 000 et 200 000 visiteurs ne laissent pas l’occasion de passer à Marrakech sans se promener dans les majestueuses allées de cet espace succédant ainsi à d’autres personnes mondialement connues citons François MITTERAND, le prince Charles, Jamil Rateb, etc.

Majorel n'était pas un marrakchi, pour construire ce joyau. Il est né à Nantes le 7 mars 1886. Son père était un vendeur d'immobiler de grande valeur, il était aussi l'un des créateur de l'école d'art de Nantes. Joseph a vécu dans un monde d'artiste.

En 1903, il s'est fait remarqué par sa passion pour le dessin, et depuis il a commencé son long chemin entre l'Espagne et l'Italie.

Sa passion l'a guidé en Egypte en 1914. C'est là qu'il va rencontrer pour la première fois l'art islamique  et oriental. A l'âge de 31 ans, il y était exilé, et y a rencontré des difficultés de santé.  Il fut transferé au  Maroc et  résida à Marrakech.  Majorel n'a pas pu résister au charme de cette ville et depuis on l'a nommé «le peintre de Marrakech»

Le vrai succès de Joseph Majorel a débuté en 1923 lorsqu'il lança la création de son habitat à la façon Maroco-Andalouse et le jardin qui portait son nom.  Cette villa portait le nom de «Boussefssaf».  Elle était décorée de dessins inspirés des tableaux quotidiens de la vie marocaine.

Majorel a entouré ce bâtiment d'un jardin contenant des pantes rares. 1800 fleurs de fougères, des roses exotiques, des bannaniers, 400 genres de palmiers sur une superficie de 4 hectares.

Pour couronner cet espace angelique,   Majorel a confié à  l'architecte Senoir la construction d'un musée moderne où il élabora ses oeuvres inspirées de l'art local.

La direction du musée était confié à Andrée Majorel, son épouse, qui était spécialisée dans la décoration du cuir, et la peinture sur le bois.

Entre 1945 et 1952 Joseph Majorel  s'est dirigé vers l'Afrique noire, dont les corps nus de ses femmes on formés les thèmes de ses tableaux. En 1955, Majorel isola sa villa du musée qu'il ouvra au public. En 1961, victime d'un accident, il fut hospitalisé à Paris, où il y décéda l'année suivante.

Le jardin, a subi la mort de son maître après sa passation aux héritiers, puis à un vieil homme Félicien Poitier. Il s'est transformé en désert, et en abri pour les délinquants.

Après avoir été  la propriété de Yves Saint Laurent et Pierre Berger qui  ont pu rénover quelques parties du jardin et ont transformé le musée en un musée islamique, les jardins Majorel sont devenue la propriété de Monsieur Omar BENJELLOUN qui à son tour, nous a quitté il y a peu de temps...



Après la mort de ce dernier, il y a quelques mois, la responsabilité de la fondation Majorel remonte à ses héritiers.
Aujourd'hui, on se demande quel serait le sort du paradis de la ville rouge.
 

Article traduit

Source :  Al ahdath al maghribia,
Auteur  : Tarik Essadi

jardmaj1.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés