onglet_artsouk onglet_artsouk

 

touaregs01.jpg

Tourisme

à la rencontre des Touargas

sources akassa.org

Réf : 395

Visites : 3244

Les Touaregs, qui se dénomment eux mêmes Kel Tamassheq, vivent dans cinq pays africains; l'Algérie, la Libye, le Mali, le Niger et Ie Burkina Faso.

 Autrefois, Leur base économique était l'élevage, aujourd'hui, ils font de l'agriculture et sont eu partie sédentaires, lls sont devenus célèbres par leurs coutumes, en particulier par les hommes qui portent un voile et aussi à cause de leur réputation légendaire de guerriers téméraires.

Leur écriture, le tifinagh, dérive de l'ancien alphabet libyen, elle est formée de signes parfaitement géométriques, La société touarègue est divisée en castes ou les nobles, les guerriers et les savants coraniques tiennent la première place.

Viennent ensuite les vassaux, également appelés imrad, qui autrefois devaient payer un tribut aux nobles, Les esclaves, Ies iklan, provenaient des expéditions contre les populations noires africaines.

Ce groupe devait effectuer tous les travaux et s'occuper du bétail. Ils sont maintenant libres et se sont beaucoup mieux adaptés aux changements structurels que leurs anciens maîtres. Au tout dernier étage et hors de leur société se trouvent les forgerons, les enaden, très craints à cause de leur capacité à maîtriser le feu. La femme touarègue, la targia, est étonnamment libre, elle peut divorcer et choisir elle même son mari.

Repères historiques
La répression de la rébellion de 1963 va provoquer le premier courant migratoire des populations touaregs vers l'Algérie. Les effets cumulés de la sécheresse de 1973-74 vont entraîner un exil massif vers les grandes villes du maghreb et de l'Afrique subsaharienne.

Si la diaspora semble se construire autour de l'urbanité, l'exil est marqué par l'errance. Les jeunes Touaregs de la diaspora abandonnent pour la plupart l'élevage, et alternent travail précaire et chômage. On les désignera désormais sous le nom d'Ashamour (au pluriel, Ishoumar), altération berbère du mot français chômeur.

Les générations de l'exil vont élaborer une nouvelle réflexion politique, dont l'aboutissement serait la lutte pour une justice sociale pour le peuple touareg.
En 1990, le mouvement issu du Mali débute la rébellion. Le 11 avril 1992, un pacte national est signé entre le gouvernement malien et les mouvements rebelles. Ce n'est finalement qu'à l'aube de l'an 2000 que le pays touareg des Ifoghas s'ouvre peu à peu au monde.

Les Touaregs au Mali
Le Mali, avec Bamako pour capitale, est un des pays les plus pauvres d'Afrique. Ce pays d'Afrique de l'Ouest d'une superficie de 1,2 millions de km² est un des cinq pays dans lesquels vivent les Touaregs.
La plupart des Africains noirs du peuple malien, les Bambaras et les Songhaïs, vivent au sud le long des fleuves et pratiquent l'agriculture. Les deux-tiers de cet immense pays fait partie des régions désertiques et semi-désertiques au nord desquelles vivent, comme nomades et semi-nomades, les Touaregs à la peau claire et les Maures, appelés aussi "les Maliens blancs".
Ils ne représentent environ que 6% de la population totale et se concentrent dans les régions de Tombouctou, Kidal et Gao.

En 1990, un massacre des Touaregs au Niger conduisit à une révolte armée qui s'étendit rapidement au Mali. Les terribles sécheresses des années 1974 et 1984 durant lesquelles les nomades perdirent une grande partie de leurs troupeaux et ainsi leur seule base de subsistance furent à l'origine de ce conflit.

Plusieurs milliers d'entre eux moururent de faim, de nombreux autres fuirent la misère danles pays voisins. L'aide alimentaire promise par l'étranger disparut dans les poches des politiciens corrompus et réapparut sur les marchés du sud. Presque tous les postes administratifs et politiques importants sont occupés par les Bambaras et les Songhaïs, à la suite du refus des Touaregs de donner à leurs enfants une formation scolaire, Au lieu de cela, pendant la période coloniale ils envoyèrent à l'école les enfants de leurs anciens esclaves, les Noirs. Ce qui leur assura par la suite un avantage décisif.

La guerre civile du Mali, provoquée en première ligne par le non développement sciemment et intentionnellement voulu par le Nord, la destruction des troupeaux par les sécheresses, l'inégalité sociale et la répression gouvernementale, dura cinq ans et laissa derrière elle une, terre dévastée.

Des centaines de milliers fuirent la violence en Algérie, au Burkina Faso et en Mauritanie où ils végétèrent dans des conditions épouvantables. C'est seulement sous le Président Konaré que les buts du traité de paix se concrétisèrent et semblent actuellement assures au Mali. Les réfugiés sont retournés en grande partie dans leur pays d'origine, les anciens rebelles ont été intégrés à l'armée régulière et l'infrastructure été rétablie (protection médicale, constructions de fontaines, d'écoles, reconstitution des terres cultivables et du cheptel).

Les Touaregs eux-mêmes se tournent de plus en plus vers l'agriculture, ils s'associent à des coopératives et ouvrent des commerces au moyen depetits crédits. Et cependant, comme depuis des siècles, une partie d'entre eux voyage de nouveau à travers le désert.

Petra Bode Traduit par Isabelle Jue


Vous pourrez trouver un extrait de l'album Tartit "Ichichila" Network 36.584 - à l'adresse suivante :
www.networkmedien.de

Production
: Network Medien Frankfurt & Divano Production Bruxelles -
Produit par Gerald Fenerberg et Michel Winter - Enregistré au Centre Culturel de Bamako par Yves Wernert et Gerald Fenerberg. Mixé par Gerald Fenerberg
touaregs02.jpg
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés