onglet_artsouk onglet_artsouk

 

artisanat minbar.jpg

Actualités

Artisanat : Le travail du bois suite...

Réf : 81

Visites : 6090

Ce qui frappe dans la visite des monuments comme des intérieurs plus modestes, c'est la complémentarité des arts décoratifs mis en oeuvre pour créer une décoration aussi riche que diverse. Dinanderie, kilims, verre soufflé, travail du cuir, agrémentent les pièces à vivre ou à recevoir, mais l'essentiel de la décoration réside dans les murs eux-mêmes.

Art de la céramique avec les zelliges omniprésents sur les sols ou la partie basse des murs, magnificence du traitement des plâtres avec les stucs ouvragés comme de la dentelle, et splendeur du bois, sculpté pour les plafonds, tourné pour les merveilleux moucharabieh...
Il a fallu attendre le 12ème siècle et les Mérinides venus des steppes orientales pour que le travail du bois sculpté devienne un art à part entière. De nombreux éléments de boiserie peints, sculptés, ou tournés, ornent des mosquées, des monuments et des belles demeures marocaines. Ils sont utilisés de la plus exquise façon pour les plafonds, les frises, les panneaux muraux, les moucharabiehs...
Quant aux objets décoratifs (échiquiers, petites boîtes, animaux ...), ils ont fait la réputation de villes comme Essaouira, Azrou. et Tétouan (bois peint). 
Ci-dessus l'oeuvre d'un artiste tétouanais, Ahmed BAKOURI. Il a mis pas moins de trois ans pour réaliser cette oeuvre qui est une tribune pour mosquées (le minbar).

Le Cèdre
A tout seigneur, tout honneur. Le cèdre, odorant et quasiment indestructible fait figure de roi. Insensible aux intempéries comme à l'ardeur du soleil, il s'impose dans les réalisations architecturales des palais comme des medersas (ces très anciennes écoles coraniques qui firent la gloire de Fez et de Marrakech).

Hôte incontournable des plafonds et des parties hautes des monuments, il provient des régions montagneuses du Maroc. Le cèdre sert aussi pour les splendides menuiseries que sont les gigantesques portes des palais et des villes fortifiées.

Le Thuya
Plus fragile mais tout aussi précieux, le thuya cher aux artisans d'Essaouira (l'ancienne Mogador des Portugais et des Juifs), offre ses qualités au talent des facteurs de meubles. Patiemment travaillé, son bois offre son écrin aux incrustations des artisans-marqueteurs qui inlassablement le creusent pour insérer de fines lamelles de citronniers beaucoup plus claires, ou de nacre beaucoup plus brillante, et créer ainsi les merveilles d'une mosaïque qui ne le cède en rien à l'art de la marqueterie de pierres dures de la Florence de la Renaissance. Puissamment sculptée ou tournée, la racine des thuyas offre sa dureté et son incomparable mouchetage à la fantaisie des menuisiers et autres facteurs.

Le Laurier
Mais le plus tendre et sans doute le plus malléable des bois reste celui du laurier. Si fragile qu'une lame aiguisée suffit à le marquer, si ferme qu'il supporte tous les ciselages... le laurier est le matériau rêvé pour les artisans Marocains. Pendentifs porte-bonheur en forme de minarets, solides manches de brochettes forgées dans le fer, délicates boîtes à Khôl ou éléments de moucharabiehs... nombre d'objets précieux ou rustiques sont issus de cet arbuste si caractéristique de l'univers méditerranéen.

Promenez-vous dans les souks et admirez la manière dont les artisans, armés d'une lame effilée qu'ils maîtrisent de la main et du pied, outillés d'un archet qu'ils manient de l'autre main et utilisent pour faire tourner la simple branche d'où naîtra l'objet, font voler les copeaux pour modeler une forme, percer, colorer. Bienvenue dans un monde où, précieuse ou abondante, chère ou sans valeur, la matière n'attend que la main de l'artisan pour se révéler... Bienvenue dans l'artisanat du bois marocain...
 

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés