onglet_artsouk onglet_artsouk

 

abeille-3.jpg

Les marocains

Le miel au Maroc

Artsouk

Réf : 866

Visites : 12654

Les races des abeilles 
Trois races des abeilles cohabitent au Maroc. L'abeille tellienne (Apis mellifica intermissa Buttel-Reepen) est présente dans la plupart des régions, mais on trouve également Apis major dans le Nord (partie proche de l'Espagne) et surtout la " saharienne " ou abeille dorée du Sahara, Apis mellifica sahariensis dans le sud.

Cette dernière est en voie de régression. L'abeille tellienne est un peu plus petite que notre abeille noire (Apis mellifica mellifica L.). Comme elle, elle est noire, mais peut posséder des éclaircissements. La morphométrie permet de la distinguer aisément de notre abeille, en particulier grâce à un indice cubital beaucoup plus élevé (moyenne de 2,20) bien que très variable. C'est une race agressive et très essaimeuse, mais cette abeille n'a jamais été sélectionnée.

J. BALDENSPERGER dans les années 20 puis le Frère ADAM dans les années 50 ont largement étudiés ces races. La " tellienne " et la " saharienne ". S'agissant de l'agressivité de la " tellienne ", le Frère Adam parle même de " brutale sauvagerie», pourtant il cite une exception dans un rucher de 300 colonies appartenant à une famille berbère où les abeilles étaient douces. Il y a donc certainement des possibilités de sélection et l'association apicole de Tensift à Marrakech souhaite travailler dans ce sens.

Quant à la saharienne, c'est une abeille admirablement adaptée aux conditions difficiles du désert. En régression, cette race mérite d'être sauvée de la disparition. Là encore cela passe par une sensibilisation des apiculteurs à ces questions d'élevage et de sélection. En 1995, GARNERY, MOSSHINE, OLDROYD et CORNUET(13) ont étudié 192 colonies réparties dans tout le MAROC par la technique de l'ADN mitochondrial. Ils ont pu ainsi dénombrer huit haplotypes différents distribués dans les différentes régions de MAROC et ont été comparés avec ceux qui sont présents en Espagne.


L'apiculture marocaine : le poids des traditions

L’apiculture est une activité ancienne et 80% de la productivité est encore aujourd’hui due à l'apiculture traditionnelle. On dénombre 79000 à 80000 ruches à cadres pour 380000 ruches traditionnelles et 5000 apiculteurs modernes pour 25000 traditionnels.

La ruche traditionnelle est un cylindre en vannerie de canne. Sa longueur est de 1,20m et son diamètre de 0,30m. Fermé aux deux extrémités par un plateau tressé ou une planche, il est enduit d'une épaisseur de 2 à 3 cm de terre qui assure l'étanchéité. Les trous de vol sont situés au bas de chaque couvercle.  Elles sont souvent installées côte à côte à même le sol ou sur une étagère, quelquefois sous un auvent. Leur productivité est très faible puisqu'elles ne produisent que 3 à 5 litres de miel par an.

La transhumance se fait à dos d'âne ou de mulet. D'autres ruches traditionnelles sont constituées dans des poteries voire de simples planches assemblées pour former un parallélépipède. Ces ruches sont souvent attaquées par différents prédateurs. Elles favorisent très fortement l'essaimage. On ne peut naturellement en assurer le suivi sanitaire ni pratiquer toutes les techniques apicoles modernes comme l'élevage des reines et la sélection. La vie apicole n'est marquée que par l’essaimage et la récolte de miel.

Un amalgame est systématiquement fait entre le fait de nourrir une ruche avec du sucre dans le dessein de l'aider à survivre en période de disette et un nourrissement qui aurait pour but de produire du " miel " avec du sucre. Cette confusion entre les deux opérations est en partie liée à la législation marocaine qui autorise les miels de sucre(14). De ce fait, les apiculteurs scrupuleux se refusent à nourrir leurs abeilles même quand cela serait plus que nécessaire de peur qu'on ne les accuse de fabriquer du miel de sucre.

Après avoir enfumé la ruche, les brèches seront découpées en essayant d'épargner le couvain et l’extraction se fera par égouttage puis par pressage. Le miel égoutté possède des qualités assez proches de celui qui est obtenu par centrifugation. Le miel pressé est de qualité nettement inférieure puisque le produit initial est une mixture composée de miel, de pollen, de larves, cire et gelée royale. Même après décantation, la qualité de ce type de produit n’est jamais bonne.

Le miel est ensuite stocké dans des bouteilles en verre où, conditions de température obligent, il peut rester très longtemps plus ou moins liquide. Là encore, une idée communément répandue est que le miel bonifie avec l’âge. On n’hésite donc pas à le conserver des années.

suite

naiss-abeil.jpg

ArtSouk, Promotion du Patrimoine, de la Culture et de l'Artisanat Marocain
Siret : 451 157 200 - CNIL 881676 Copyright ArtSouk 2011
Mentions légales Contactez-nous Paiements sécurisés